Le Matin – La cité renforce sa coopération avec la France et le Sénégal

0
0

Les villes de Larache, de Compiègne et de Margny-Lès-Compiègne (France), et de Ziguinchor (Sénégal) ont procédé, samedi dernier, à la signature d’une charte de coopération décentralisée.

La commune de Larache a scellé son rapprochement avec les villes de Compiègne, de Margny-Lès-Compiègne (France) et de Ziguinchor (Sénégal), à travers la signature, samedi dernier, d’une charte quadripartite de coopération décentralisée. En vertu de cette charte, signée à Compiègne, les maires des quatre villes affirment solennellement leur volonté de développer les échanges entre ces dernières dans le but de favoriser la connaissance réciproque, de promouvoir leurs cultures plurielles et de renforcer l’amitié entre leurs populations.

Cette charte, qui fait suite à un protocole d’amitié signé en décembre 2016 entre la commune de Larache et les villes de Compiègne et Margny-Lès-Compiègne, a été signée par les maires des quatre villes en présence de l’ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa, ainsi que du consul général du Maroc à Pontoise (Nord de la France) et d’autres personnalités marocaines, françaises et sénégalaises.

Ce protocole d’accord incite notamment les signataires à développer leurs échanges dans le cadre de la coopération décentralisée existant entre le Maroc et la France et à mettre en œuvre des conventions spécifiques et à les étendre en cas de besoin à d’autres partenaires. La charte les encourage également à valider et à piloter de façon conjointe et partenariale chacune des actions mises en œuvre. C’est ainsi que ladite charte de coopération décentralisée s’est élargie à la ville sénégalaise de Ziguinchor. «La coopération décentralisée entre Larache, Compiègne et Margny-Lès-Compiègne a démarré l’année dernière par une visite des maires des deux communes françaises à notre ville et par la signature d’un protocole d’amitié qui s’est transformé, aujourd’hui, en une charte d’engagement quadripartite», a déclaré à la MAP Abdelilah Hssissen, président du Conseil communal de la ville de Larache. «Cette charte est ouverte à plusieurs domaines et il revient à chaque ville de choisir, selon son souhait, des thématiques en rapport avec les points communs entre les quatre communes», a-t-il indiqué, précisant qu’à chaque fois qu’un projet est retenu, il fera l’objet d’une convention spécifique. La même source a signalé, dans ce cadre, que l’échange universitaire avec les deux villes françaises a été couronné par la signature, vendredi dernier, d’une convention entre la Faculté de Larache et l’Université de Compiègne.

Deux associations, la première au Maroc et la seconde en France, seront également constituées prochainement pour porter cette coopération décentralisée. Des domaines d’intervention ont d’ores et déjà été identifiés et des projets s’y rapportant pourront être mis en œuvre à partir de 2018. Le président du Conseil communal a cité, à cet égard, un chantier d’insertion sur l’archéologie qui réunira des jeunes de Larache et des deux communes françaises sur le site antique de Lixus.

Dans des déclarations similaires, le maire de Compiègne et le premier adjoint au maire de Ziguenchor, Philippe Marini et Seydou Sane, ont exprimé leur conviction que cette charte permettra de renforcer les perspectives d’un partenariat prometteur et diversifié entre les quatre villes, notamment dans les domaines social, culturel et de la jeunesse. De telles initiatives de coopération Nord-Sud, mais aussi Sud-Sud, ne peuvent être que fructueuses et doivent être encouragées à travers les programmes européens favorisant la coopération nord-sud, ont-ils conclu. 


Leave a Reply